Accueil Tourisme/Culture Historique de Brezolles BREZOLLES EN 1504

BREZOLLES EN 1504

 Article paru en décembre 2003 dans le bulletin municipal de Brezolles.

IL Y A 500 ANS:

 

BREZOLLES EN 1504

 

Monnaie : teston d'argent

teston d'argent

  

Imaginons un instant qu'une machine à remonter le temps nous propulse exactement cinq siècles plus tôt ici même à Brezolles. En se promenant dans les ruelles, nous ne reconnaîtrions pas grand chose, à part leur tracé familier, la Meuvette avec son étang et l'église flambant neuve. Nous aurions du mal à nous faire comprendre et sans doute nous serions vite interpellés par la garde. Il faut dire que la peste sévit du côté de Chartres et que les étrangers doivent subir une quarantaine avant d'entrer dans l'enceinte du bourg. Voyons à quoi ressemblait Brezolles à cette époque pleine de mutations.

 

 N.B. : Brezolles s'orthographiait comme aujourd'hui. Par contre, en 1466 on lisait Bresolles et en 1347 : Bruzolles. 

CONTEXTE POLITIQUE : LE ROYAUME DE LOUIX XII.

Médaille : Louis XII / Anne de Bretagne

médaille de Louis XII

Louis XII a 42 ans et a été sacré à Reims il y a 6 ans après la mort de Charles VIII. Son emblème est le porc-épic pour exprimer sa puissance à ses ennemis. Il a épousé en seconde noce il y a 5 ans Anne, duchesse de Bretagne et veuve de Charles VIII. Son premier mariage (par contrat alors qu'il n'avait que deux ans) avec Jeanne de Valois est annulé pour non-consommation (Jeanne était contrefaite) et manque de consentement. Ce nouveau mariage permet surtout de garder la Bretagne et d'assurer une descendance (4 enfants dont Claude née en 1499).

 

Le royaume est administré par son conseiller et principal ministre, le cardinal Georges d'Amboise dont la nouvelle demeure est à Gaillon. En 1499, une ordonnance codifie les coutumes variées de ce royaume de 15 millions de sujets. Ce sont les guerres d'Italie qui vont dominer la politique de conquête initiée par Charles VIII dans le but de reprendre une nouvelle croisade devant passer par l'Italie.

  • - La première guerre d'Italie se solde en 1494 par la perte de Naples et Milan.
  • - La deuxième guerre d'Italie (1499-1500): Louis XII s'allie à Venise pour reconquérir le Milanais contre Ludovic Sforza le More, et entre à Milan en octobre 1499. Quatre mois plus tard, Ludovic reprend Milan et Novare. Il s'en suit une contre offensive de la Trémoille, et Ludovic est capturé et interné à Loches.
  • - La troisième guerre d'Italie (1500-1504)commence par le traité (secret) de Grenade. Louis XII reçoit Naples, royaume qu'il conquiert en 1501 avec l'aide de l'Espagne de Charles Quint. Une offensive espagnole chasse les français suite à une mauvaise entente sur le partage du royaume de Naples, malgré une armée de secours française.
  • - En 1504, le traité de Blois donne en dot à Claude, fiancée de Charles Quint le Milanais, Gênes et Bourgogne (traité annulé en 1506).

L'étendue du Royaume de France correspond approximativement à notre métropole actuelle privée de la Flandre, de la Lorraine, de la Savoie et de la Franche-Conté (Saint Empire Romain Germanique). Paris reste la capitale mais le roi habite surtout le Val de Loire, reflet illusoire du paradis.

 

LES SEIGNEURS DE BREZOLLES

Brezolles est entré dans l'apanage royal depuis 1291, d'où le partage entre deux « seigneurs en partie », un qui est dévoué au roi et régit un certain nombre de duchés, et un autre d'influence plus locale.

  • 1) Marguerite de Lorraine (règne de 1492 à 1517)

 

Marguerite de Lorraine 

marguerite de lorraine

Au cours de la guerre de cent ans, Jean II (règne de 1415 à 1476), duc d'Alençon et seigneur en partie de Brezolles, Senonches et Châteauneuf en Thymerais est un personnage certes dévoué au roi mais souvent intrigant contre Louis XI qui le fait finalement arrêter à Brezolles en 1458 et fait saisir ses biens. Brezolles se retrouve administré par son fils René II d'Alençon (règne de 1476 à 1492) pendant la captivité de son père. Lui aussi intrigue contre Louis XI et se retrouve emprisonné à perpétuité. Mais il est gracié par Charles VIII en 1483 et retrouve ses droits. Il épouse Marguerite de Lorraine dont il a trois enfants. Cette dernière, devenue veuve en 1492, régente le duché pendant la minorité de son fils Charles IV. Sa fermeté et sa rigueur permettent à Brezolles de retrouver une certaine prospérité.

 

  • 2) Guillaume de Mellicourt (règne de 1477 à 1509)

Guillaume est issu de la famille Mellicourt (ou Mélicourt) et seigneur en partie de Brezolles dont dépendent aussi les vassaux des fiefs alentours. Il rend en 1499 son « aveu » à Marguerite de Lorraine, traité par lequel il se soumet à son autorité.

 

CONTEXTE ECONOMIQUE

Après la guerre de cent ans, c'est la renaissance, la restauration de l'ordre, le retour du bonheur de vivre, l'influence italienne et la découverte de l'humanisme.

L'agriculture a retrouvé des bras et les friches sont de nouveau en culture. C'est la disparition des grandes famines. Cependant la peste reste endémique depuis 1348. La maladie est justement à Chartres en 1504 d'où une certaine fuite des habitants vers la campagne. Les voyageurs subissent une quarantaine et les hôpitaux sont construits en dehors des murs des villes. Malgré tout la campagne se repeuple et les villes sont en expansion. Les femmes ont en moyenne 4 à 5 enfants dont la moitié atteint l'âge de vingt ans.

Les églises dévastées se reconstruisent, le gothique devient flamboyant : Dreux embellit l'église Saint Pierre et construit son beffroi.

Les communications sont difficiles et chaque province garde une certaine autonomie agricole (culture, élevage, exploitation forestière, tannerie, tissage). C'est à cette époque que naissent les bocages suite à l'expansion de l'élevage, d'où nécessité de protection des champs et construction de haies longées par des chemins creux.

La principale monnaie de cette époque hormis l'écu d'or est le nouveau teston d'argent, frappée du portrait de Louis XII (voir photo de titre).

 

CONTEXTE CULTUREL

Vers 1500 il ne reste que quelques centaines de chevaliers contre quelques milliers en 1300. C'est aussi la quasi-disparition des tournois.

Le mot renaissance a été utilisé par les humanistes italiens pour désigner un mouvement intellectuel renouvelant la pensée en s'inspirant de modèles gréco-romains redécouverts à la fin du XV ème siècle. Le « moyen-âge » s'exprimait par le terme « gothique » inventé pour qualifier des productions jugées barbares.

La découverte de l'imprimerie (introduite à Paris en 1470) permet la diffusion du livre et des idées. La langue française se substitue à la langue d'oïl et au latin. La littérature s'épanouit avec Villon, Rabelais, Marot puis du Bellay, Ronsard, Montaigne...

L'accumulation des progrès techniques entraîne la progression de nouveaux savoirs issus d'architectes, ingénieurs, maîtres artisans, ce qui donne à l'Europe l'élan nécessaire pour partir à la conquête du monde :

  • - 1492 découverte de l'Amérique par C. Colomb
  • - 1492 présentation du premier globe terrestre par Martin Behaïm
  • - 1497 découverte de l'Amérique du nord par Caboto
  • - 1498 Vasco de Gamma trouve la route maritime des Indes
  • - 1500 découverte du Brésil

Le règne aztèque sera bientôt écrasé par Cortez . Les premiers esclaves noirs en provenance d'Afrique seront importés en 1510 dans l'empire espagnol.

L'art de la Renaissance s'épanouit surtout chez certains aristocrates. Les premiers châteaux dits renaissance sont souvent mixtes avec encore des tours défensives et logis prestigieux (Ussé, Chaumont sur Loire...). L'influence italienne permise par le travail d'artistes ramenés d'Italie se retrouve à Amboise, Meillant, Châteaudun, Gaillon. Plus près de nous, voyez la voûte de la chapelle latérale de l'église de Tillières sur Avre ou la chapelle du château de Montuel.

Pour mémoire, Léonard de Vinci commence la Joconde en 1503 et Michel-Ange termine de sculpter son David en 1504.

 

BREZOLLES : ETAT DES LIEUX

à l'issue de la guerre de cent ans.

 

Voici les restes de l'ancien clocher caché dans la charpente de la nef de l'église

soc du vieux clocher

Pendant ce long conflit, Brezolles a subi des pillages, des incendies et l'occupation anglaise de par sa position avancée près de la frontière. Verneuil sur Avre sera libéré en 1449 et la Normandie reconquise. Après la grande bataille de Verneuil de 1424, il a été nécessaire de créer le Grand Cimetière (sous le collège et le parc St André) pour y inhumer de très nombreuses victimes, ainsi que celles de la peste. La bahine, taverne servant à espionner les allées et venues près de la frontière date de cette époque, ainsi que la tour de la prison (derrière la mairie actuelle).

 

La guerre laisse la châtellenie dans un grand état de pauvreté. Les droits perçus par le seigneur de Brezolles sur les halles, le marché et le poitevinage (droit sur le pain) sont réduits. Des propriétaires ne peuvent acquitter les cens ni les rentes au seigneur. On dénombre un certain nombre de ruines au nord de Brezolles et les héritages sont « en gast » (en ruine). L'église a beaucoup souffert et nécessite de gros travaux. Mais la vie se réorganise visiblement à partir de 1454.

 IMAGE DU BOURG EN 1504

Le premier rempart qui date de l'an 1000 et qui entoure le Bourg-Viel et les restes du vieux château est en partie détruit et son fossé comblé. Le château lui-même n'a plus de fonction et est démantelé.

Le deuxième rempart datant de 1090 est complet avec ses murs et fossés. Il longe l'actuelle rue de la Bahine, la rue du Camp, une moitié de la rue de la Friche et se poursuit vers le Bourg-Viel par la porte de Tillières (rétrécissement au bout de la rue Saint Jean). Il inclut la partie active de Brezolles: la halle aux pains (halle aux mars), halle de la boucherie, halle aux draps, aux tanneurs, les puits de la ville, le four à ban, la salle d'audience pour rendre la justice, et la prison.

 

Maison construite en 1502 à Blévy

maison moyennageuse

Le troisième rempart de 1200 prolonge le précédent sur l'actuelle rue la Friche et se poursuit le long de l'avenue de la Friche jusqu'à la rue du vieux lavoir pour revenir vers l'enceinte près du prieuré derrière l'église (quartier du presbytère). La rue  aux Renenards (aujourd'hui disparue derrière les écoles maternelles et primaires) rejoignait la sortie nord par la porte du même nom. Dans ce quartier travaillaient sans doute les « brassins de cervoise » et le potier à pots de terre.

 

Brezolles est donc encore fortifiée et peut être contournée par les voyageurs. Les gens qui veulent commercer peuvent franchir une des quatre portes et doivent acquitter un droit de péage sur les marchandises transportées.

L'image de Brezolles était celui d'un petit bourg rural aux ruelles étroites, aux maisons à pans de bois et murs de terre ou pisé (mélange de glaise et de paille) où se promènent librement volatiles de basse-cour et porcs. Des étables hébergeaient des vaches dont le peu de lait était utilisé pour le fromage et aussi des bœufs, principal animal de trait. Le cheval était encore peu utilisé dans les champs et était réservé à l'usage des privilégiés. Les chiens protégeaient les troupeaux contre les loups et leurs maîtres contre les voleurs.

 

L'EGLISE METAMORPHOSEE

église de Brezolles

Les travaux sont probablement achevés. Une nouvelle travée prolonge l'ancienne nef et un véritable clocher remplace le petit clocheton dont la base octogonale est encore visible dans la charpente. Les plans du maître d'œuvre ont des points communs avec ceux de la tour de la Madeleine à Verneuil construite entre 1470 et 1520 dans un style nettement plus flamboyant. C'est dans une plus grande sobriété que s'élève de 40 mètres la tour de l'église avec ses quatre étages, curieusement imbriquée dans une façade dissymétrique et agrémentée d'une rosace.

 

L'ancienne voûte en « coque de bateau renversé » dans son état actuel.

Elle se trouve masquée par l'actuelle voute néogothique.

voute

Les sculptures qui ornent les ouvertures, les larmiers, les contreforts, les corniches et les bords du pignon sont toutefois remarquables comme une des gargouilles figurant un animal fantastique dont le cou s'incurve vers le sud. A noter que sans doute, les chardons qui ornent le clocher seraient en l'honneur de Marguerite de Lorraine dont l'emblème familial inclut cette plante. Saint Nicolas, patron de la Lorraine, devient alors le patron de l'église de Brezolles remplaçant ainsi Saint Germain qui reste patron du seul prieuré. A l'intérieur de la nef, une belle voûte en bois (aujourd'hui masquée par une voûte néo-gothique) était telle que celles que l'on voit dans d'autres églises de la région. Les voliges en bois étaient peintes en bleu ciel. Trois poutres horizontales (entraits) reliaient les murs du chœur.

 

 CONCLUSION

Brezolles vit enfin une période politiquement calme et se développe économiquement comme le reste du royaume. Le prieuré, à l'ombre de sa nouvelle église, est prospère grâce à ses revenus variés. Juste à coté, les ruines du château symbolisent la fin d'une époque médiévale tourmentée. Une nouvelle période s'annonce sous François 1er puis Henri IV avec les guerres de religion. Mais c'est une autre histoire.

 

 

Frise sculptée d'une corniche dans le clocher

frise

Jean-Luc JOUANIGOT