Accueil Tourisme/Culture Patrimoine Le clocher : symbolique ornementale

Le clocher : symbolique ornementale

LE CLOCHER DE L'EGLISE DE BREZOLLES :

SYMBOLIQUE ET SIGNES CACHES.

 

 

église vue du silo

L'église Saint Nicolas de Brezolles fut  classée Monument Historique le 15 novembre 1913 (N° notice PA 00096983) pour l'intérêt en particulier de son clocher édifié à la charnière du Moyen-âge et de la Renaissance. Cinq siècles après sa construction, il faut constater que nous avons largement perdu les clés de la connaissance de tous ces symboles et inscriptions que nous voyons sculptés ou gravés dans la pierre. Le sculpteur a-t-il voulu délivrer un message dont la symbolique s'est perdue ou s'est-il offert un morceau de bravoure sans autre pensée que de réaliser un chef-d'œuvre. La signification de ces oeuvres est tombée dans l'oubli et est surtout très éloignée de notre culture. Nous allons évoquer quelques points particuliers, le sujet étant trop vaste pour le cadre de ce bulletin.

Nous commencerons par le commanditaire avec ses motivations, puis nous évoquerons le maître d'œuvres, chef d'orchestre pourvu d'un certain degré de liberté d'action, enfin de l'artisan majeur qu'est le sculpteur. Nous terminerons avec quelques exemples tirés des sculptures à représentations végétales et animales, aux monogrammes et aux graffiti.

 

LE COMMANDITAIRE :

fortune et impulsion divine

René d'Alençon

René d'Alençon

Le coût d'un tel chantier ne pouvait être supporté par le seul seigneur local (la famille Mellicourt) ni par le prieuré. Il s'agissait d'agrandir l'ancienne église ruinée par cinq siècles de diverses agressions (guerre de Cent ans, etc.) et de lui donner un aspect moderne et imposant, c'est à dire gothique. Or Brezolles est sous l'apanage royal par la famille des ducs d'Alençon. Profitant d'une nouvelle période de prospérité, René 1er d'Alençon initie la reconstruction de l'église Saint Léonard à Alençon et peut-être celle de Brezolles. Il meurt en 1492 et sa veuve Marguerite de Lorraine âgée de trente ans régente alors le duché (son fils n'a qu'un an). Elle obtient du roi la tutelle de ses enfants mineurs pour se consacrer entièrement à l'administration de ses terres et à des activités dévotes et spirituelles.

Marguerite de Lorraine (1463-1521)

« Nostre tres-devote Princesse employoit la meilleure partie de ses jours à lire la vie des Saints, et avoit une particuliere devotion à celle des Martyrs et des Vierges, et des Saints et des Saintes qui sont estimez pour leurs aumosnes et liberalitez ... »

« Souvent on la voyoit à Mortaigne, à Alençon, et à Argentan et dans les autres villes qui luy appartenoient, donner l'aumosne aux pauvres miserables, les voir disner, se ceindre d'un tablier, porter de ses deux mains, tantost les plats pour donner à manger, tantost les emplastres et le bandage pour penser les playes de ces pauvres malades dans les Hospitaux. »

« Si je ne craignois de passer les bornes d'un Eloge, je décrirois icy au long les actions charitables de cette Princesse vers les pauvres affligez de maladies qui sembloient incurables, qui sont plus admirables qu'imitables ; comme de baiser les ladres, servir ceux qui estoient detenus de maladies les plus hideuses et abandonnées, jusques là mesme de leur tirer les vers et les ordures des jambes. Ses exercices plus ordinaires estoient de marier les pauvres filles, nourrir les orfelines, et acquiter les debtes des veuves necessiteuses. »

 Marguerite de Lorraine fit plusieurs fondations religieuses de l'Ordre de Saint François (Alençon, Mortagne, Argentan) et donna aux Cordeliers de Sées une portion de la vraie Croix. On lui attribue ainsi le renouveau de l'église de Brezolles et le retour à la prospérité. En 1517, elle se retire dans la maison des clairettes d'Argentan après avoir remis à son fils l'administration de ses biens Elle y prononce ses vœux en 1520 et n'y sera appelée que sœur Marguerite, en ne prenant d'autre emploi que celui de laver les écuelles et de servir l'infirmerie. Elle meurt en 1621 d'hydropisie de poitrine et laisse le souvenir de quelques miracles faits non seulement de son vivant, et, dit-on aussi, depuis sa tombe. Elle fût béatifiée par le pape Benoît XV en 1921.

Nous reviendrons plus loin sur les signes visibles aujourd'hui sur l'église qui les relient au duché d'Alençon.

 

LE MAITRE-D'ŒUVRE

Orifice pour l'implantation de l'échafaudage.

orifice échaffaudage

Au Moyen-Âge, les maîtres d'œuvres (magistri operis) étaient sans doute au départ des moines spécialisés dans la construction. Par la suite ce seront des laïcs ; ils ne sont plus tenus par les ordres monastiques : ils donnent des plans, passent des marchés d'entreprise et se développent en corporations, voire en confréries maçonniques. Aux XIVè et XVè siècles, les maîtres d'œuvres perdent de leur souveraineté : chaque corps de métier prend sa place (charpentier, tailleur de pierre, vitrier...). Le maître d'œuvres devient alors architecte, décideur de l'harmonie générale de l'entreprise.

C'est le cas de Clément 1er Métezeau (1479-1555) architecte célèbre pour ses travaux à Dreux (Hôtel de Ville, église St Pierre) et sans doute l'église de Blévy (en 1500). On ne connaît pas l'architecte du clocher  de Brezolles, même s'il y a des similitudes troublantes avec Verneuil dont René 1er était aussi le seigneur (église de la Madeleine construite entre 1470 et 1520) et d'autres églises.

 

LES SIGNES CACHES

  • - L'église de Brezolles, initialement dédiée à St Germain par les premiers seigneurs change de nom et s'appelle désormais St Nicolas, qui est le patron de la Lorraine. Marguerite, fille de Ferry de Lorraine, comte de Vaudémont, aurait choisi ce saint qui se distinguait au début du IV ème siècle par sa grande générosité et son humanisme. Ces mêmes qualités ont largement été mises en pratique par Marguerite. On retrouve aussi un vitrail de St Nicolas à St Pierre de Dreux.
  • - Des chardons sont sculptés autour d'une fenêtre sud du clocher. De plus ce sont également des chardons en métal qui ornent le sommet du toit du clocher. Cette plante a souvent inspiré les sculpteurs gothiques de par sa complexité. Mais le chardon est aussi un des symboles lorrains, comme en témoigne le blason de la famille de Lorraine. La légende du blason est célèbre: «Ne toquès mi, je poins» (ne me touchez pas, je pique) qui devient par la suite «qui s'y frotte, s'y pique!». Le chardon et la devise figurent en bonne place sur le blason de la ville de Nancy.
  • chardons

    chardons

  • - La devise choisie par Marguerite de Lorraine depuis son veuvage est:«VANITE DES VANITEZ, ET TOUTES CHOSES VANITE». Cette devise fut l'objet de profondes pensées et dicta ses actes. Elle méprisait les honneurs, les faveurs, les plaisirs fugaces et préférait embellir son âme plutôt que son corps. Ce crâne n'est-il pas là pour le rappeler? (voir aussi le crâne sur le portrait de Marguerite de Lorraine.)
  • crane

 

LES SCULPTEURS : du roman moralisateur au gothique débridé

La sculpture apparaît en France à la fin du XI ème siècle. La tradition des arts antiques, souvent perdue, s'est parfois perpétuée dans le sud. Le prodigieux développement de l'ordre de Cluny favorise une remarquable école de statuaire et d'ornement. Les établissements clunisiens disséminés en Europe et en Orient drainent et relancent un véritable mouvement d'art. Au départ, les lieux de culte sont ornés de peintures et sculptures « éducatives ». Les sculptures sont alors très parlantes pour les foules analphabètes car chargées de symboles. Cet art reste cependant en retard sur l'évolution de l'architecture ; les premiers édifices gothiques ont une sculpture pleinement romane.

Les végétaux

Une des conséquences de l'influence des croisades sur l'ornementation est le naturalisme : la flore locale influence la décoration, tout comme en Orient (le style byzantin notamment). L'art gothique ignore en général  la sculpture ancienne et puise ses modèles dans la nature. Les fleurs symbolisent la promesse des moissons. Les feuillages gothiques sont copiés sur les plantes des contrées où sont construits ces édifices. La flore gothique est faite de plantes de plus en plus découpées et moins pleines (comme le chardon) alors que le feuillage roman, plus stylisé, reproduisait des types conventionnels antérieurs : romains, orientaux, etc. Les quatre-feuilles , les rosaces à quatre pétales, les fleurs crucifères sont dérivés de tracés géométriques plutôt que de formes végétales. Les feuillages romans sont souvent traités en frise de gouttière.

frise flleurs

 

 

Ci-dessous: feuille de chêne. Cet arbre symbolise la force et la sagesse, et signifie  aussi persistance et qualité. Il fait partie des bois justiciers et bénéfiques.

 

feuille de chene

  

branchages

Ci-dessus: motifs en branchages autour de la rosace.

Ci-dessous : la fleur de lys, par sa couleur blanche était symbole de pureté et de chasteté avant de devenir l'attribut des rois. Elle était la fleur « mariale » car dédiée à la Vierge Marie.

 

fleurs de lys

 

Les animaux

La zoologie mystique partage les animaux en mondes et immondes, qui évoquent soit des vertus, soit des vices, classant ces espèces en personnages célestes et d'autres en démons. Le sculpteur gothique, artiste obéissant exécute les personnages dans les normes imposées, mais se rattrape sur les animaux qu'il peut, contrairement à l'homme, déformer et loger autour des piliers, sous les voûtes, jusqu'à l'extrémité des chenaux. 

 animaux

 Gargouille orientée sud.

gargouille

 Têtes de personnages. (femme et homme ?)

têtes

 LE SYMBOLISME

Le symbolisme des sculptures n'est pas seulement chrétien ; il empreinte à d'autres cultures d'où la difficulté qu'il y a à la décrypter. Chacun interprètera l'image qu'il perçoit et en donnera un sens différent selon son savoir, sa foi, sa compréhension. Ces monstres venus de la nuit des temps, figés dans la pierre, menacent des affres de l'enfer le pécheur fourvoyé dans les multiples voies du vice, mais protègent les lieux sacrés, car ils sont si hideux qu'ils font peur au diable lui-même. Le spectateur de cette époque n'est pas effrayé par une gargouille mais a suffisamment d'imagination pour se représenter l'horreur du péché.

Ces monstres, ces dragons, ces animaux hybrides ou fabuleux trouvent leur origine lointaine chez les égyptiens, les grecs puis les romains. Malgré les invasions barbares, la religion officielle reste le christianisme et le monstre des païens devient l'incarnation du diable. Après le XIII ème siècle, les monstres s'émancipent de l'enfer et deux siècles plus tard volent de leur propre ailes pour orner les édifices. Les monstres sont apprivoisés et deviennent des animaux de fantaisie, avatars d'une nouvelle mythologie païenne, et non plus des créatures du bestiaire infernal.

Au Moyen Age, le symbole se construit presque toujours autour d'une relation de type analogique, c'est-à- dire une ressemblance entre deux objets, deux notions, ou encore une correspondance entre une chose et une idée. Cette pensée analogique permet d'établir un lien entre un élément apparent, du monde d'ici-bas et quelque chose de caché, parmi les vérités de l'au-delà. Il faut toutefois se méfier de la symbolique d'un élément végétal, animal ou autre de par son ambivalence : les interprétations sont souvent contradictoires. Presque tous les animaux sont dotés d'une double dimension symbolique et peuvent être pris en bonne ou en mauvaise part.

 

EXEMPLE :  LA GARGOUILLEgargouille ouest

Dans la religion catholique, le mal était le pire ennemi ; il fallait un moyen d'éloigner celui-ci des églises. C'est le but des gargouilles de faire fuir tout esprit malin, et de devenir alors les gardiens du bien. Leurs aspects terrifiants n'étaient visibles en fait que pour rappeler à l'hérétique, au non chrétien, aux ennemis de Dieu que  la protection divine est sur le bâtiment. A la fin de la période gothique, la gargouille perd parfois sa fonction première qui est l'évacuation de l'eau de pluie. C'est le cas de la gargouille du pilier de la façade ouest du clocher de l'église de Brezolles. Elle est purement décorative et significative. Sa particularité est de regarder vers le côté, ce qui intrigue. Que regarde t-elle? Est-ce que son regard est orienté vers une ville ennemie? Le plus simple est de mesurer l'angle que fait son cou avec la façade, de corriger de trois degrés l'écart d'angle de l'axe (*) de l'église avec la direction est-ouest et de reporter cette ligne sur une carte. Cette droite ne traverse aucune ville particulière mais, oh surprise, s'aligne parfaitement avec le cours de la rivière Meuvette jusqu'à sa source. Faut-il voir là le hasard, une fantaisie de l'artiste ou une recherche de protection contre les aléas du débit de notre modeste et précieuse rivière dont on sait que le tarissement fréquent pouvait être inquiétant. Ce fait est relaté dans des écrits d'avant la révolution : les bétoires, failles naturelles du terrain près des Châtelets laisse l'eau s'engouffrer pendant les périodes de sécheresse.

gargouille

 

(*) A parte concernant l'axe des églises. Les plus anciennes ne sont pas orientées. Plus tard le prêtre devait regarder vers l'orient pour accomplir sa consécration, d'où une façade tournée à l'est. Au V ème siècle, l'orientation contraire est référée : la façade est à l'ouest mais le prêtre tourne le dos à l'assistance. Ce sera une généralité en Gaule mais pas une nécessité absolue.

 

 LE MONOGRAMME DU CHOEUR: deux mystérieuses lettres entrelacées.

frise

La seule explication écrite concernant ce monogramme est celle proposée par Edouard Lefevre en 1852 :

 « On remarque sur une partie de le frise extérieure, mutilée par des réparations mal entendues, les lettres D et C entrelacées, plusieurs fois répétées et entrecoupées de rosettes. Les lettres D et C signifient sans doute de Castro ou de Castello (du Chastel) ou dominus Castri, seigneur du Chastel, nom générique des seigneurs de Châteauneuf ; quant à la rosette, nous voyons par une charte de 1285, rapportée à l'article du prieuré de Brezolles, qu'elle entrait dans la composition du sceau dont se servait l'official de l'archidiacre de Dreux dans le doyenné de Brezolles. ».

 Cette explication pourrait être satisfaisante si l'on considère qu'il s'agit des lettres D et C. Or si on regarde de plus près, on peut aussi bien lire P et C. La difficulté est de dater cette frise sculptée. Date-t-elle d'une réparation de l'église après les différentes destructions dues aux conflits : on connaît les incendies de 1151, 1159 et 1168. Une reconstruction a eu lieu en 1177. Le style des lettres est le même que celui retrouvé sur des enluminures de la fin du XV ème siècle.

 

Lettre D :                           

lettre d

Lettre P :

lettre p

                                       

 Dans l'hypothèse du monogramme PC, quelle signification lui donner : soit ce sont les initiales de la personnalité ayant décidé ou entrepris les travaux, soit une dédicace religieuse. Dans le premier cas, on ne retrouve aucun seigneur ni titre portant ces initiales à part peut-être les Comtes du Perche dont dépendait aussi Brezolles (en latin .........pertica). Dans le deuxième cas, si l'on consulte la liste des abréviations latines « P.C » (elles sont nombreuses), on peut obtenir :

  • - P(a)c(e) c'est à dire paix. Pax ou pace orne souvent des sites religieux.
  • - P(ax) C(hristi): paix du christ pour rappeler aussi que cet ouvrage (tout comme le château ou le village) a trop souffert des guerres et des pillages.
  • - P(ieta) C(ausa) = cause pieuse.
  • - P(ente) C(osta): La saint Nicolas d'été (Pentecôte) est une importante fête religieuse lorraine (d'où est issue Marguerite) symbolisant le retour du corps de l'évêque de Myre à Bari en Italie.
  • - P(atres) C(onstruxerat)= construite pour le Père (Dieu).

Dans l'attente de nouvelles découvertes, nous ne retiendrons aucune hypothèse.

 

GRAFFITI ET GLYPTOGRAPHIE

L'étude des inscriptions, textes, dessins et dates gravés dans la pierre est parfois source d'informations sur leurs auteurs et le support.

Les dates

Je me suis amusé à rechercher les plus anciennes dates gravées dans le clocher parmi le fouillis de graffiti que l'on trouve dans l'escalier colimaçon et dans les étages.

  • - Pierre gravée de l'entourage de la fenêtre ouest dans l'étage des cloches:

« IE ETE BATIS EN L AN 1131 ». Notez les marteaux de tailleur de pierre. La date est curieuse car nous savons que le clocher date de la fin du XV è siècle. Le tailleur a-t-il voulu rappeler que l'église primitive datait selon lui de cette année là ? Or le premier édifice remonte à environ 1050. La date de 1131 ne correspond à rien de connu par les textes et la pierre ne semble manifestement pas être un réemploi. La principale reconstruction date de 1177.

Suivent d'autres dates dont l'étude comparée avec les noms reste à faire. Elles s'échelonnent de 1631 à 2001.

 
L'inscription de la tour de guet, tout en haut de la face nord, à l'extérieur, n'est pas visible à l'œil nu d'en bas. Il est écrit « VRBAN » avec un N à l'envers puis LEFSNE et d'une autre inscription peu lisible, ABRAH, vraisemblablement ABRAHAM. Ces lettres n'ont pu être gravées que d'un échafaudage.

 

Ci-dessus: l'inscription gravée ressort davantage de nuit à la lumière rasante du spot. Jumelles indispensables.

Par chance on retrouve ce même prénom (VRBAIN) avec le nom (LECESNE) et une date (1631) dans le clocher (voûte fenêtre abat-son est). Reste à trouver qui était ce personnage.

A la même époque, en 1634, Abraham BARBIER a laissé sa trace (voûte fenêtre abat-son ouest). Notez les « A » en forme de compas (marque d'un compagnon ?) ; le « I » et le « E » sont confondus. Ces deux personnages étaient-ils des charpentiers ?

  

Signalons au passage le graffiti de notre photographe brezollien du début du XXè siècle célèbre pour ses cartes postales : FLAMICHAUT 1894. Il a, entre autres, pris des clichés du village du haut du clocher.

 

 

 CONCLUSION

Sculpture  intacte dans le clocher, à l'abri des usures du temps.

sculpture clocher

Comme on le voit, notre modeste église regorge de détails qu'il faut savoir regarder, même si leur signification nous échappe encore. Elle nous échappera de plus en plus car l'usure du temps rend ces sculptures et ces dentelles de pierre de moins en moins lisibles, car usées par l'eau de pluie rendue acide par le gaz carbonique, parfois explosée par la foudre, toujours rongée par les fientes des oiseaux, avec en plus un défaut d'entretien et des réparations parfois maladroites depuis quelques siècles. La Révolution a heureusement épargné tout l'extérieur, en partie à cause du fait que le gothique tardif exprimait davantage une nature exubérante et esthétique plutôt que des représentations purement religieuses pouvant être censurées.

Consultez  aussi l'intégralité du texte de la vie de Marguerite de Lorraine dont j'ai tiré des extraits sur www.siefar.org . La ville d'Argentan dans l'Orne évoque de façon touristique Marguerite de Lorraine (voir notamment un vitrail de l'église St Germain à Argentan).

 

Jean-Luc JOUANIGOT

Article paru en décembre 2005 dans le bulletin municipal de Brezolles.